Exposition de photos « L'Exode russe : Sébastopol - Crimée 1920 » Évènement en ligne

POUR LE 100e ANNIVERSAIRE DE « L'EXODE RUSSE »
Exposition de photos « L'Exode russe : Sébastopol - Crimée 1920 » Évènement en ligne
Partager sur les réseaux sociaux:
Début:
00:00
Fin:
23:00

Exposition de photos « L'exode russe : Sébastopol - Crimée 1920 »

Vernissage le 25 novembre à 19:00.

Événement en ligne

Après l'évacuation de Sébastopol et de Crimée, les dernières troupes de l'armée du général Wrangel ont été réduites à trois corps : le premier corps d'armée (environ 25 000 personnes), le corps du Don (jusqu'à 20 000) et le corps du Koubane (16 000).

Au début de 1921, environ 60 000 officiers de l'armée ont été envoyés dans des camps militaires et plus de 25 000 personnes ont été transférées à Gallipoli (Turquie), environ 15 000 cosaques du Don à Chataldji (Turquie) et jusqu'à 15 000 cosaques du Koubane sur l'île de Lemnos (Grèce).

Plus de 30 000 réfugiés ont quitté leur pays pour des terres plus accueillantes. Parmi eux, environ 22 000 (dont deux corps de cadets) sont allés au Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, 2 000 en Roumanie, 4 000 en Bulgarie et jusqu'à 2 000 en Grèce.

Trente navires de l'escadron de la flotte de la mer Noire avec 6 000 hommes, dont le corps de cadets de la marine de Sébastopol, sont partis pour Bizerte (Tunisie). Fin 1921, il reste environ 1 200 personnes à Bizerte. À cette époque, les membres du corps des Marines devaient recevoir leurs diplômes ; le moral et la discipline devaient donc être maintenus à un haut niveau.

Le 30 octobre 1924, suite à la reconnaissance par la France du gouvernement soviétique, l'escadron russe est officiellement dissous.

L'église orthodoxe Saint-Alexandre Nevski, construite à Bizerte en 1937 grâce aux dons d'émigrés russes, est devenue un monument à la mémoire des hommes de l'escadron.  Des icônes et du matériel utilitaire ont été récupérés dans les petites églises des navires, des douilles ont servi de chandeliers, et les noms de tous les navires qui ont quitté Sébastopol pour Bizerte ont été gravés avec des lettres d'or sur une planche de marbre commémorative. Cette église est encore fréquentée aujourd'hui dans la Tunisie musulmane.

Pendant toutes ces années, Anastasia Manstein-Chirinsky, la fille du commandant du destroyer « Jarki », qui a quitté Sébastopol en novembre 1920, s'est occupée des tombes de marins russes, en utilisant de modestes fonds personnels et les moyens de quelques Tunisiens russes, afin d'entretenir leurs sépultures. Toute sa vie durant, elle a tenté de revenir en Russie, c'est en 1997, par décret présidentiel qu'elle reçoit cette citoyenneté tant attendue de la Fédération de Russie.

En 2006, la municipalité de Bizerte a rebaptisé l'une des places de la ville, où se trouve l'église orthodoxe Saint-Alexandre Nevski, en l'honneur d'Anastasia Chirinsky. Anastasia Alexandrovna s'éteint le 21 décembre 2009, sur sa 98e année de vie. Son souvenir est conservé à Sébastopol, par ceux qui ont visité les coins les plus éloignés de Tunisie et ont eu la chance de discuter avec cette femme étonnante. Par loyauté envers le peuple, la Russie et l'Église russe, de nombreuses personnes ont perdu leurs maisons et leur pays durant cette époque tragique.

SRA « Club historique de Sébastopol Tavritchesky »

495
RSS
Нет комментариев. Ваш будет первым!
Загрузка...